J’ai retesté Abercrombie & Fitch Bruxelles

0
885
Vous vous souvenez peut-être qu’en décembre dernier je profitais de l’inauguration du nouvel Abercrombie & Fitch Bruxelles pour tester le magasin. 7mois et demi plus tard, j’ai voulu vérifier si les points positifs que j’avais notés restaient inchangés et s’il y avait une évolution des points négatifs.
Un peu maso, je m’y suis donc  samedi vers 16.30, en pleine période de soldes.
Fabio, le très gentil service d’accueil
Première surprise : il n’y avait plus de service d’accueil devant la grande porte cochère… Je me suis donc avancé vers la file, qui se trouve désormais à l’intérieur, et non plus à l’extérieur du bâtiment. Là, on est accueilli par un modèle, Fabio, avec qui on  a pu parler. Le jeune étudiant est souriant, et compte patiemment la dizaine de clients autorisés à emprunter l’escalier… Dans l’escalier s’ennuie un peu un modèle shirtless accompagné de sa collègue photographe.
Fabio Loureiro
Une fois entré, force est de constater qu’il y a du monde… La foule est un peu envahissante… Mais deuxième surprise, l’ambiance festive que j’avais notée lors de ma première visite a un peu disparu… Beaucoup moins de vendeurs, plus aucun modèle qui dansait (il n’y en avait qu’un, très statique), plus aucune femme de ménage qui vous suit avec la serpillère (c’est mieux, peut-être)….

RENDEZ-NOUS Corbin De Laet, Kevin MarchalChris Odoriko, le petit Nico dont j’ignore le nom…!
Où étaient les petites demoiselles souriantes : Ornella, Sarah-Lou

Il manque un pull à la taille désirée… Aucun vendeur dans la pièce…il faut attendre. Finalement, on nous amène le pull du stock…
Immense file à la caisse, aucun vendeur (modèle) pour la gérer comme la première fois, donc, les gens se dépassent…râlent….
A la sortie, Fabio nous adresse un gentil sourire et nous lance un au revoir.
En bref, l’expérience est beaucoup moins enthousiasmante que la première fois.

Si je reprends mon résumé de décembre, pour comparer avec juillet, cela donne :

Décembre 2011
Les points positifs : l’ambiance, on se sent important, la beauté de l’immeuble (L’hôtel de maître Wittouck de Medem qui date de 1875), le style intérieur, la sympathie du personnel. Malgré le monde, on n’a pas une impression de cohue, on a accès très facilement aux vêtements.
Les points négatifs : l’attente dehors, aux cabines, aux caisses. Les prix

Juillet 2012
Les points positifs : la beauté de l’immeuble et  le style intérieur ne changent pas , la sympathie du personnel, moins nombreux, demeure, Fabio Loureiro.

Les points négatifs : l’attente dedans, aux cabines, aux caisses.  Le manque de vendeurs. Les prix. L’ambiance beaucoup moins festive, on ne se sent absolument pas important (juste un client lambda). On a vraiment  une impression de foule, on a un accès moyennement facile aux vêtements (certaines piles sont bordées par la file des caisses par ex)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.