LIVRES : on a rencontré le livreur de mots

0
208

Profitant d’une des rares belles journées d’été pour me balader dans le centre de Bruxelles, j’ai eu la chance de vivre, ce samedi 21 août, un événement assez particulier : une chasse aux livres. Vous connaissiez la chasse aux œufs du weekend pascal ; la chasse aux livres correspond un peu au même principe. François, l’instagrammeur de @livraisondemots n’a jamais aussi bien porté son surnom puisqu’il a livré, déposé pas moins de 142 livres dans différents jardins publics de la ville. Et c’est dans le dernier spot  de sa tournée, les jardins du Mont-des-arts, que je suis tombé sur le célèbre livreur de mots. Il était accompagné de Nathan, un ami graphiste, transformé pour l’occasion en porteur de livres. Singulier duo qui accepte d’être suivi. L’un et l’autre déposent des livres à des endroits choisis,  sur un buisson, un banc, au pied d’une statue… et observent de loin les réactions des promeneurs. Celui-ci passe à côté sans s’arrêter, un autre le feuillette et le redépose, une jeune fille le ramasse, lit quelques pages, sourit, le glisse dans son sac.  Chaque livre contenait une dédicace qui pouvait rassurer le badaud : oui, il pouvait emporter le livre.

 

La chasse terminée, nous nous installons à la terrasse du bar qui borde les jardins et j’improvise une interview.

Notre livreur des mots nous apprend que cette chasse devait avoir lieu en juillet, mais que la météo calamiteuse avait retardé le projet. On se souvient des inondations catastrophiques qui ont fait la une des journaux le mois dernier. François, encore ému, raconte qu’il a été personnellement touché. La maison familiale a été dévastée. Il se veut rassurant : “Puisque je vis à Bruxelles, mon père peut squatter ma chambre à l’étage, ma sœur vit là, elle aussi, et maman est hospitalisée…mais ça va”.  Malgré tous ces contretemps, François maintient son projet et reste suivi par tous les éditeurs, les plus connus, qui lui envoient des livres pour son opération. 142, c’est énorme. Il annonce déjà qu’il va renouveler l’événement : en janvier 2022, l’été prochain. D’autres villes aussi, Liège, Namur, Paris….

je voulais être un homme de l’ombre, me voilà dans la lumière

“Livreur de mots”, c’est devenu son métier à temps plein. Il avoue : “ce n’était pas du tout mon ambition, après des études de communication et d’histoire de l’art à Liège, je voulais être attaché de presse. Être un homme de l’ombre….et me voilà dans la lumière”

François lit 2 à 4 heures par jour, et le reste du temps est consacré aux mails, très nombreux. Mais aussi à d’autres projets : le lancement prochain d’une collection de vêtements, en collaboration avec Nathan, son ami graphiste, l’écriture (une nouvelle, dont il est très fier,  sortira en septembre dans un magazine français Joly Môme, un roman également est en cours), un projet avec un grand média français…

On évoque ses rencontres aussi : la chanteuse Lorie (Demain nous appartient) qui est devenue une amie, Flavie Flament qui a fait une très belle interview en visio sur son compte et d’autres auteurs bien sûr qui laisseront des souvenirs divers.

Fan de lecture, curieux, n’hésitez pas à vous abonner à son compte Instagram

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.