LECTURE : Caroline Margeridon, ses amis, ses amours, ses emmerdes

0
872

Mes amis, mes amours, mes emmerdes.

Voilà le titre qu’aurait pu afficher Caroline Margeridon sur son premier livre. Seulement, il était déjà pris. Ce sera donc Libre.

Effectivement, des amis, il en est beaucoup question dans cet ouvrage. Marcel Campion,  la chanteuse Régine, Stéphane d’Affaire conclue, Nadia, Sophie Davant, Zize, Jordan, les marchands de Biron… ils sont légion, des pages leur sont consacrées…

Les amours ont la part belle aussi : la famille (« j’avais une passion pour ma mère ») dont bien sûr ses enfants omniprésents, Victoire dite Choupie et Alexandre, ses amoureux (Caroline en recense 4, dont le célèbre jockey Gérald Mossé -le père de ses enfants- et l’actuel qu’on surnommera Pascal Pétanque).

Les emmerdes sont un peu moins nombreuses : des déconvenues professionnelles (un dépôt de bilan), un récent cambriolage…

On en apprend donc plus sur Caroline Margeridon, à travers ce livre. Sur ses valeurs, ses crédos. Elle sait qu’elle ne peut pas plaire à tout le monde, mais c’est comme ça. Par pudeur parfois, par  protection souvent, elle refuse de montrer ses faiblesses. C’est une manière de fonctionner.

« Quand on tombe de mon cœur, c’est pour la vie »… cette phrase radicale, Caroline  l’écrit à propos de sa maman… Il s’agit d’un des passages les plus troublants, les plus émouvants du livre… On sent que la cicatrice pique encore une trentaine d’années plus tard. Mais cette phrase pourrait aussi coller à Pierre-Jean Chalençon… Il n’est pas mentionné une seule fois, même dans le chapitre « Affaire conclue ». « Quand on tombe de mon cœur, c’est pour la vie »

A qui cette critique pourra-t-elle servir ? C’est sans doute le même type de question qu’a dû se poser Caroline Margeridon quand on lui a demandé d’écrire son livre.

Aux fans de Caroline ? Je ne dois pas les convaincre. Ils ont déjà le livre. À ceux qui n’aiment pas Caroline ? Peine perdue ! Quoiqu’on dise, ils trouveront toujours une meilleure utilisation de 19 euros.

Il reste ceux qui ne connaissent pas Caroline Margeridon. Ceux-là, ils trouveront de belles pages sur l’enfance, l’histoire d’une femme qui se construit avec ses convictions, avec son propre modus operandi, l’histoire d’une femme libre.

Et dans ce monde parfois en perte de repères, c’est toujours bon à prendre.

Caroline Margeridon, Libre, Plon, disponible ici ou ici. Et dans vos librairies.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.